Techniques
Respiration Ujjayi et bandhas
Pour contrôler la respiration, deux techniques sont nécessaires. La première sert à créer par le souffle l'énergie de la pratique. Il s'agit de la respiration Ujjayi (le victorieux en sanskrit). Dans la respiration Ujjayi, la bouche reste fermée et la respiration se fait exclusivement par les narines. La glotte est légèrement fermée, créant un doux sifflement caractéristique lorsque le pratiquant inspire ou expire. Pendant toute la pratique, la respiration doit rester lente et régulière, avec une inspiration et une expiration d'égale durée. Cette technique respiratoire, qui appartient également au pranayama, est particulièrement énergisante. L'énergie ainsi créée est convertie en chaleur et lors de la pratique, le yogi sue abondamment. Cette sueur, entraînant avec elle des toxines, purifie l'organisme et est une caractéristique de l'Ashtanga Yoga qui déconcerte souvent les pratiquants occidentaux, peu habitués à un style de yoga aussi énergique.


L'énergie créée par la respiration Ujjayi doit être contrôlée. C'est le rôle des bandhas, qui sont de véritables "verrous énergétiques". Ces bandhas sont au nombre de trois, mais deux seulement sont employés de façon systématique dans la pratique l'Ashtanga Vinyasa Yoga.

Le premier des bandhas est le Mula bandha, qui est une légère contraction des muscles du périnée, situés entre l'anus et les organes génitaux. Il est souvent difficile pour le débutant d'isoler précisément les muscles qui doivent travailler, et ce n'est qu'avec une pratique régulière qu'il devient possible d'isoler précisément le muscle adéquat sans contracter l'anus.

Le deuxième des bandhas est Udyana Bandha. Il s'agit d'une rétraction des muscles abdominaux, comprimant les organes et les poussant vers le haut, dans la cage thoracique. La version "extrême" d'Udyana bandha ne peut être pratiquée qu'après une expiration la plus complète possible.
L'Udyana bandha utilisé pendant la pratique des asanas est bien sûr moins extrême. Il s'agit tout simplement d'une légère contraction permanente des muscles abdominaux. Cette contraction de la ceinture abdominale stabilise le bassin, protégeant ainsi la colonne vertébrale, et garantit également une grande mobilisation de la cage thoracique. Les débutants peuvent apprendre seuls l'Udhyana bandha en plaçant les mains sur l'abdomen, doigts de chaque côté du nombril. Si on inspire à fond, la tendance est de relâcher les muscles abdominaux et de sortir le ventre. Pour éviter cela, il faut contracter légèrement l'abdomen. Même si on inspire complètement, l'abdomen ne doit pratiquement pas bouger, le mouvement créé par l'inspiration restant dans la partie supérieure du tronc.


Le troisième des bandha est Jalandara bandha, qui se situe au niveau de la gorge. Il n'est pas appliqué systématiquement, mais dans certaines postures, comme la chandelle, il est impossible de ne pas le pratiquer. Les deux autres bandhas doivent être maintenus tout au long de la pratique. Ce sont ces bandhas qui dirigent l'énergie du souffle et ils contribuent largement à la chaleur créée par la pratique.